Archives pour la catégorie Conservatoire du Paysage

Jardins d’Orient. De l’Alhambra au Taj Mahal

Information communiquée par Madame Odile DE BRYUN Jardins d'Orient               Quand   Du 19 avril au 25 septembre 2016
   Salles d'expositions et jardin éphémère sur le parvis de l'IMA
Horaires   Du mardi au vendredi de 10h à 18h - Samedi, dimanche et jours fériés (sauf 1er mai) de 10h à 19h. Fermé le lundi.
le lien : http://www.imarabe.org/exposition/jardins-d-orient Le texte source provient du site web de l'Institut du Monde Arabe:
Saviez-vous que la tulipe, bien avant de devenir un emblème des Pays-Bas, était celui des sultans ottomans ? Que le parc public est une innovation récente en Orient ? Et qu’il est aujourd’hui à la pointe des projets de développement durable de mégalopoles du monde arabe ? Saviez-vous que dans une des anciennes langues de la Perse, le mot jardin, pairi-daeza, a donné… paradis ?  Cette extraordinaire histoire des jardins d’Orient, venez la découvrir… au jardin : pendant toute la durée de l’exposition, le parvis de l’IMA sera investi par un jardin éphémère exceptionnel. Confiée au paysagiste Michel Péna, cette interprétation contemporaine des jardins d’Orient se veut une invitation ludique et sensorielle à s’imprégner des multiples facettes d’un art millénaire. Le visiteur pourra lézarder et déambuler à sa guise dans ses allées de roses et d’orangers, de palmiers et de jasmins, avant que ses pas ne le mènent à la découverte d’une immense anamorphose végétale imaginée par François Abelanet.

Du jardin des sens au développement durable

À l’intérieur du bâtiment de l’Institut du monde arabe, une exposition en cinq temps retracera l’histoire des jardins d’Orient depuis la plus haute Antiquité jusqu’aux innovations les plus contemporaines, de la péninsule Ibérique au sous-continent indien. Un parcours riche de quelques 300 œuvres d’art prêtées par de grands musées internationaux ou des collections privées, mais aussi de maquettes, de tirages photo géants ou encore d’ingénieux dispositifs rappelant ce que les jardins doivent au talent des ingénieurs du passé. Culture, histoire, technique, botanique, environnement, société…, l’art des jardins, privés comme publics, sera traité sous tous ses aspects : l’exposition analysera les sources d’inspiration du jardin oriental, ses codes et ses déclinaisons, avant de rechercher les liens tissés au fil des siècles avec les jardins d’Occident. Sans oublier d’ouvrir le débat sur le rôle que de la nature peut jouer dans les grandes villes contemporaines pour relever le défi de la modernité et de la durabilité environnementale. Des jardins suspendus de Babylone au tout récent parc al-Azhar du Caire, de l’Alhambra de Grenade au Jardin d’essai d’Alger, du jardin princier au jardin pour tous, un passionnant parcours dont le fil conducteur est l’essence de la vie des jardins : l’eau, bien sûr ! 
   

Journée d’étude sur les demeures patronales industrielles

programme une journée d'étude sur les demeures patronales industrielles

Madame Odile DE BRUYN, Docteur en Histoire et membre fondateur du Centre du Paysage sera présente avec ce sujet : "Les parcs des châteaux industriels: des oasis à préserver" Charleroi - Château Mondron à Jumet

L’ASBL Château Mondron, avec la collaboration d’Espace Environnement, organise une journée d'étude sur les demeures patronales industrielles, le 3 octobre 2014 à Charleroi (Jumet).

L’objectif de cette journée est d’ouvrir le débat sur la problématique de la préservation et la réaffectation de ces châteaux d’industriels, souvent emblématiques pour l’histoire d’un quartier, d’une ville. Elle vise à élargir la réflexion à l’ensemble du territoire wallon, et au-delà, avec les exemples de Flandre et de Champagne-Ardenne. Elle aura pour cadre et symbole, le château Mondron, lieu de mémoire de l'industrie verrière et des luttes ouvrières. Renseignements auprès de Madame Anne-Catherine BIOUL Historienne de l'Art ESPACE ENVIRONNEMENT ASBL rue de Montigny 29      B-6000 Charleroi Tél. 00 32 (0)71 300.300    Fax. 00 32 (0)71 509 678

La « Montagne de Sosoye » à Anhée par Odile DE BRUYN

À partir de l’exemple de la « montagne de Sosoye » à Anhée, cet article envisage les trois modes d’appréhension du paysage qui doivent être pris conjointement en considération par les acteurs de la conservation : celui de l’historien (point de vue de la perception), celui du naturaliste (point de vue de la biodiversité), enfin, celui du géographe aidé de l’historien (point de vue de l’histoire territoriale). La question de savoir si l’on peut conserver ou restaurer un paysage, au même titre qu’un jardin historique, est également posée. Voir Odile DE BRUYN, Observer, « lire » et conserver les paysages. L’exemple de la « montagne de Sosoye » à Anhée, dans Les Nouvelles du Patrimoine, n° 142, janvier-février-mars 2014, p. 44-46. La revue Les Nouvelles du Patrimoine est en vente au prix de 4 € dans les bonnes librairies. Elle peut également être commandée à l’adresse suivante : www.nouvellesdupatrimoine.be   Signalons encore que le dossier thématique du n° 140 de la revue (juillet-août-septembre 2013) était consacré à « La restauration des jardins historiques » (sous la direction d’Odile De Bruyn).

Paysage(s) et patrimoine(s) : connaissance, reconnaissance, protection, gestion et valorisation

Voici une information d'Odile De Bruyn lien http://calenda.org/251894 Le colloque souhaite faire un état des lieux des recherches en cours et induire un dialogue entre chercheurs de différentes disciplines sur la question des paysages et des patrimoines, des liens entre ces deux notions ainsi que des outils de protection, de gestion et de développement qui leur sont appliqués. Les paysages et les patrimoines sont liés, parfois même confondus, et avant d’aborder la question de leur protection ou de leur valorisation, il est nécessaire de s’interroger sur ce qui fait patrimoine tout autant que sur ce que représente le paysage, puis sur leurs liens et interdépendances. Le processus de patrimonialisation est organisé autour d’étapes majeures que sont l’identification de ce qui fait que le passé peut être élevé au rang de patrimoine, la mise en place d’outils de protection, l’appropriation sociale et enfin la valorisation. Ce sont ces différentes étapes que nous souhaitons aborder lors de ce colloque. Programme 24 septembre 2013 10h-11h30 introduction du colloque et des thématiques 11H30-12H30 Session 1 : connaissance et reconnaissance
  • BALLOUCHE Aziz et Ozainne Sylvain LETG-Angers LEESA UMR 6554 CNRS  La place des grandes vallées dans l’histoire du peuplement et des paysages en Afrique de l’Ouest. Les exemples des fleuves Sénégal et Niger.
  • Douence Hélène Université de Pau et des Pays de l’Adour De l’exceptionnel à l’ordinaire : l’évolution de la politique paysagère de la ville de Pau au prisme de ses « Horizons palois ».
14H-15h30 Session 1 : connaissance et reconnaissance
  • Cassola Virginia Ecole du Louvre – Paris Ouest Nanterre La Défense L’esprit du lieu convoqué : patrimonialisation et enjeux.
  • Ben Hadj Salem Mohsen Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis, Equipe de Recherche sur les Ambiances ERA Patrimoine architectural et paysage sonore : de la trace bâti à la mémoire sonore.
  • JOSSET Didier Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) Aubourg Viviane Ministère de la Culture et de la Communication, SRA Centre Connaissance du patrimoine archéologique de Blois et du val.
15H30-17h30 Session 2 : protection et gestion
  • GIGOT Mathieu UMR CITERES CNRS/ Université de Tours Quelle pertinence des outils de la patrimonialisation des paysages ?
  • PICCIONI Luigi Dipartimento di Scienze Economiche, Statistiche e Finanziarie, Università della Calabria Les instruments conceptuels de la patrimonialisation du paysage et de la nature dans l’Europe de la Belle Époque.
  • LORENZI GILLET Emmanuelle UMR 8185 ENeC-CNRS Paris IV Sorbonne/Université de Reims La protection des paysages des secteurs à forts enjeux patrimoniaux en France : quels instruments pour quelle stratégie ?
  • Fichou Jean-Christophe Université de Brest de l’UMR 5196, Techniques et Cultures, CNRS-MNHM Le patrimoine des phares et balises en France ; de son inventaire à son utilisation.
18h-20H paysage et patrimoine viticole
  • YENGUE Jean-Louis UMR CITERES Tours Le paysage, outil de résistance face à l’urbanisation : quelques enseignements dans les vignobles de Vouvray et de Montlouis sur Loire.
  • Boulay T et François Legouy Université de Tours Le paysage viticole de Sancerre : entre reconnaissance et valorisation.
  • Vuillaume Christian Communauté de communes des coteaux de la Haute-Seille Le vignoble du Château-Chalon, un paysage à déguster.
25 septembre 2013 9H - 11H sessions parallèles De la connaissance à la valorisation
  • VIALA Laurent LIFAM - ENSA de Montpellier Petit site pour patrimoine mondial. L’ordinaire du paysage des Onglous (Marseillan, Hérault).
  • GAMACHE Nicolas Université de Poitiers Le chiron, Objet Vernaculaire Non Inscrit : histoire(s) de la sauvegarde d’un patrimoine paysager géomorphologique…
  • Cereghini Elisabetta Architecte historienne Clisson : un projet et une expérience de gestion d’un paysage patrimonial.
  • Lucas Rosemarie Histoire de l’art contemporain (muséologie) de l’université Rennes 2 - Haute Bretagne Parcs naturels régionaux et écomusées : vers une conception dynamique du patrimoine et des paysages.
Valorisation et appropriation
  • POUTHIER François ADES Cnrs UMR 5185, Bordeaux Paysages d’estuaire(s), des artistes et des habitants co-producteurs de patrimoine et passeurs de territoires ?
  • Tublu Komi N’kégbé Fogâ Université de Lomé, Département d’Histoire et d’Archéologie Rôles des acteurs locaux dans le processus de patrimonialisation et de valorisation du paysage culturel de Koutammakou au Nord-Togo.
  • MARCHAL Sidonie Université du Maine, Le Mans Patrimonialiser une voie antique : un centre d’interprétation pour valoriser la longue mémoire paysagère.
  • BALLESTER Patrice Académie de Toulouse-IUFM Les platanes du canal du Midi face au chancre coloré : gestion, protection et création d’un nouveau paysage.
11h30-12h30 Session 3 : valorisation et appropriation
  • Dérioz Pierre, Bachimon Philippe, Loireau Maud UMR ESpace-Dev 228 IRD, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, OHM Haut-Vicedssos Mise en scène du paysage montagnard et valorisation sélective des patrimoines dans une vallée pyrénéenne en reconversion économique (Vicdessos, Ariège).
  • THEBAUD Jean, ALLOUCHE Aurélien, DERVIEUX Alain, NICOLAS Laurence ESPACE (UMR 7300) CNRS-AMU Conservation de la nature et patrimonialisation du paysage ? La difficile appropriation de la  transformation des paysages des salins en Camargue.
14h-16h Session 3 : valorisation des paysages de l’eau
  • DOURNEL Sylvain Centre d’Études pour le Développement des Territoires et de l’Environnement, Université d’Orléans Requalifier les milieux fluviaux et humides : quelles politiques patrimoniales possibles face aux dispositifs de protection et de gestion ? Éclairages à partir de quelques villes du Bassin parisien.
  • VARCIN Armelle Laboratoire de recherche LACTH, Ecole nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille Quand les rivières effacées de la ville refont surface. Patrimonialisation, appropriation et controverses.
  • RIEUTORD Monique ESPACE Aix Marseille Université Paysage et patrimoine du fleuve et de la ville : valorisation et appropriation du Rhone à Arles.
  • BESENVAL Moela Architecte, PhD in “Architettura e Progettazione Edilizia” (Politecnico di Torino) Le Canal Cavour comme corridor de la collectivité.
16h-16H30 conclusion du colloque Anne Sgard, professeure de géographie à l’Université de Genève Lieux École nationale supérieure de la nature et du paysage - 9 rue de La Chocolaterie Blois, France (41) Dates mardi 24 septembre 2013 mercredi 25 septembre 2013   Contacts Lolita Voisin courriel : voisin_lolita [at] ensnp [dot] fr

ASBL CENTRE DU PAYSAGE présentation

logo Centre du Paysage ASBL

Histoire du Centre du Paysage

En 2008, Bernard Blareau organise dans un lieu de mémoire « Le bois du Cazier » une rencontre de professionnels du paysage. L'évènement est un succès total qui mettra en lumière tous les métiers du paysage et ce, dans une région d'industrie lourde en rupture, qui laisse entrevoir ses potentialités.... Au regard de cette réussite et avec le soutien inconditionnel de Joseph De Gryse, nous décidons de lancer un cycle de colloques intitulé « les rencontres des Métiers du Paysage » (en 2009 « L’arbre en Ville » et en 2010, « Paysage ou Nature »). Les objectifs des rencontres des Métiers du Paysage sont les mêmes depuis le premier jour :      Partager un savoir,      Transmettre la passion,      Susciter des vocations,      Communiquer l’envie d’oser créer ! En Août 2011, le Centre du Paysage ASBL est fondé à Charleroi afin de promouvoir le PAYSAGE au sens large du terme. Cette même année, notre rencontre s’intitulera « De l’arbre à la vivace, d’autres solutions pour nos villes ». Notre historienne, Odile De Bruyn, publiera,  à travers la revue de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Charleroi, l’histoire de parcs communaux. En 2012, le Centre du Paysage organise la 5ème rencontre des Métiers du Paysage intitulée « Sur le chemin des métiers du jardin ». Cette même année, grâce à Didier Vancutsem et à Patrice Neirinck, notre association co-organise  un cycle d’interventions « Les Jeudis du Paysage » à la Faculté d’Architecture de l’ULB La Cambre - Horta. Et pour terminer l’année en beauté, François Couplan nous organisera une conférence sur les herbes sauvages comestibles. Depuis, plus motivés encore, nous continuons nos actions et nos rencontres en faveur du PAYSAGE.

La Structure du Centre du Paysage

  Le Centre du Paysage ASBL se développe sur 3 axes indissociables : Les Métiers du Paysage, conduits par Didier Vancutsem (architecte-paysagiste & urbaniste), constituent l’outil de communication de notre ASBL qui nous permet d’organiser nos colloques, conférences, de transmettre l’information actualisée et d’échanger avec les acteurs du paysage. Ces activités s’articulent sur 4 niveaux : l’enseignement et l’éducation, la gestion, la réalisation et la conception du paysage. Le groupe de travail  poursuit les objectifs suivants : - identifier ces acteurs, - les informer, - les sensibiliser au paysage et aux métiers du paysage. Ses actions se concentrent donc sur la dissémination de l’information, sur la production d’articles et activités et sur la réflexion sur le thème du paysage.   Le Conservatoire du Paysage, conduit par Odile De Bruyn (docteur en Histoire), est un moteur essentiel de la réflexion de l’ASBL sur les paysages. En effet, pouvons-nous créer ou restaurer un jardin, un paysage sans appréhender notre passé, le « génie du lieu », l’idée initiale et l’époque qui l’a vu naître ? En matière de conservation des paysages, les choix d’aménagement sont conditionnés par l’évolution de ces paysages, non seulement dans leurs éléments matériels (végétaux, hydrauliques, minéraux…), mais aussi dans leurs aspects immatériels (usages et perception…).   L’Académie du Paysage, conduit par Joseph De Gryse (Architecte-Paysagiste & Urbaniste), propose à travers des observations et des critiques constructives  la tenue à jour des acteurs du paysage.

Connaître pour comprendre Agir pour le bien. Comment ? - En évaluant en permanence l'enseignement et les formations en matière de paysage. - En consultant et en assistant les autorités publiques et privées dans la formation et l'éducation. - En assistant les organisations professionnelles dans la mise en place de conférences et cours de mise à niveau en étroite collaboration avec 'Les Métiers du Paysage' et 'Le Conservatoire du Paysage'.

  

Une attention particulière pour remercier nos orateurs,

ces  acteurs majeurs des métiers  du paysage :

  2008 « Le Renouveau du paysage » : Jean-Noël Capart, Joseph De Gryse (dit Jef), Benoît Fondu, Herbert Meunier, Bernard Capelle, Benjamin Henrion, Marc Florin, Sébastien Heuss, Thomas Blangille, Fabrice Walrant, Didier Moray, Anne-Marie Sauvat et Jean-Pierre Gabriel pour l’animation. 2009 « L’arbre en Ville » : Frédéric Ségur (de Lyon), Luc Nadeau (de Lava,l CA), Bruno Campanella, Thomas Halford et Jef De Gryse pour l’animation. 2010 « Paysage ou Nature » : Carine Jacques, Elisa Ahn, Didier Vancutsem (Munich), Gaspard Jedwab, Paul Deroose, Benoît Fondu, Luc Mulliez, André Laurent (Villeneuve d’Ascq) et Bernard Blareau pour l’animation. 2011 « De l’arbre à la vivace, d’autres solutions pour nos villes » : Isabelle Van Groeningen (KGA Berlin), Yves Hubert, René Herfurth, Luc Nadeau, Paul Borremans et Bernard Blareau pour l’animation. 2012 « Sur le chemin des métiers du jardin » : François Goffinet, Emmanuel d’Hennezel et Didier Vancutsem pour l’animation 2013 «Architecture végétale » à découvrir en octobre…  

Nos coordonnées ASBL CENTRE DU PAYSAGE

Rue de la Paix, 48/B
B-6044 Roux (Charleroi)

SITE     www.centredupaysage.com

courriel      centredupaysage@gmail.com   linkedin : Centre du Paysage asbl twitter : @CentreduPaysage

Deuxièmes Rencontres d’Histoire de l’Environnement en Belgique

Ce colloque est organisé par le Pôle de l'histoire environnementale des FUNDP (PolleN) en collaboration avec le Laboratoire d'Anthropologie prospective de l'UCL (LAAP), les Archives de l'Etat à Mons (AEM) et le groupe de recherche Acanthum (FUNDP). Date :29/11/2012 au  01/12/2012 16:00 Lieu :Faculté de Philosophie et Lettres (Auditoire L21), Namur Advanced Research College Orateur(s) :François Walter, Martin Melosi, Lajos Rácz, Danielle Caluwé, Kevin Troch, Romy Gouverneur, Denis Diagre-Vanderpelen, Ivan Hoste, Szymon Zareba, Olivier Defêchereux, Jean-Marc Moriceau, Jacques Usungo, Dantès Singiza, Bernard Charlery de la Masselière... Organisateur(s) :Isabelle Parmentier et Fulgence Delleaux AGENDA :  http://agenda.fundp.ac.be/upevent.2012-10-11.5505717950 PROGRAMME DES JOURNEES :  http://www.fundp.ac.be/lettres/histoire/nouvelles/rebel-2012   information reçue par Madame Odile De Bruyn qui y présentera : "Les mutations paysagères des bassins industriels du Hainaut belge (fin XIXe- début XXe siècle)"  

Le sécateur par Emmanuel d’Hennezel – extrait de la revue Demeures Historiques et Jardins de Belgique

Le sécateur, l'outil indispensable du jardinier et probablement le plus rentable pour un travail de précision ! En 2008, Emmanuel d'Hennezel (Architecte de jardin & Historien de l'art Jardin) a redigé un article pour l'ASBL Deumeures Historiques et Jardins de Belgique. Emmanuel nous a aimablement proposé cet article afin de le partager en lecture. article d'Emmanuel d'Hennezel - sécateur Si vous souhaitez plus d'informations sur la revue "Demeures Historiques et Jardins de Belgique", voici le lien : http://www.demeures-historiques.be/    

Le jardin est un rêve qui s’éveille

Sous ce titre, vous trouverez une superbe présentation au format pdf de Gaspard Jedwab (architecte-paysagiste, directeur de la Bibliothèque René Pechère :  http//www.bvrp.net  )  Dans ce travail, il y a une approche philosophique qui est illustrée d'une manière agréable, je n'ai qu'un mot : regardez ! voici le lien : LE JARDIN EST UN RÊVE QUI S'EVEILLE

Le paysage… de l’artialisation à la patrimonialisation

Extrait d’un compte rendu du n° 79 du trimestriel du Développement territorial Les Cahiers nouveaux, coédité par la Direction générale opérationnelle de l’Aménagement du territoire, du Logement, du Patrimoine et de l’Énergie du Service public de Wallonie et les Éditions Mardaga, et consacré au thème « Des pierres et des lettres », en écho aux Journées du Patrimoine 2011. « Parmi les nombreux articles de cet intéressant volume, qui donne matière à réflexion, épinglons celui de Stéphanie Quériat, docteur en histoire, art et archéologie de l’Université libre de Bruxelles, sur Paysages patrimoniaux wallons : l’éclairage de l’artialisation, issu d’une recherche menée dans le cadre de la Conférence permanente du Développement territorial (CPDT). L’auteur a pris pour point de départ de son étude les réflexions théoriques sur le paysage de l’historien suisse François Walter – qui fait la distinction entre « la réalité objective du paysage que l’historien doit essayer de saisir dans sa diversité et la complexité de ses interactions » et ses aspects subjectifs, liés au « regard jeté sur l’extériorité », qui est conditionné par « des valeurs, des images, des messages subliminaux et des souvenirs » – et du philosophe français Alain Roger – qui définit deux façons d’« artialiser » la nature (expression empruntée à Montaigne) et de « créer » un « paysage » au départ d’un « pays » : in situ, soit par une intervention directe sur l’objet naturel, et in visu, ou au moyen d’une transformation indirecte de celui-ci, par la médiation du regard. Ce sont les paysages wallons liés à la représentation que l’auteur a choisi d’étudier : les sites peints, photographiés et décrits dans les œuvres littéraires ou les guides touristiques influencent et font évoluer la perception du spectateur, imprégné de cet héritage culturel. Au travers d’un recensement de l’ensemble des regards posés au XIXe et dans la première moitié du XXe siècle sur le territoire wallon par les artistes et les écrivains, Stéphanie Quériat a analysé le processus de « patrimonialisation » des paysages de cette région. Deux types de sites furent particulièrement représentés ou décrits : les vallées du bassin mosan, dont le caractère pittoresque correspondait parfaitement à l’esthétique paysagère en vogue à l’époque ; et les paysages industriels, témoins de la réussite économique de la région. Les paysages agricoles, quant à eux, restèrent quelque peu à l’écart du processus d’« artialisation » in visu. Dans les politiques de conservation des paysages, qui constituent des vecteurs importants d’identité, il importe de considérer non seulement leur réalité objective mais également l’ensemble des éléments socio-culturels et mémoriels auxquels ils renvoient. »
 article d'Odile De Bruyn Docteur en Histoire
Texte paru dans Les nouvelles du patrimoine, n° 134, janvier-mars 2012, p. 5-6.